MarY Christine Jaladon


"L'espace du dedans"

La toile est abandonnée, le papier respire, l'eau coule, s'infiltre, le papier boit l'eau, gonfle, puis se creuse et sèche.
Il devient terre chair ondulée, cabossée.
Il est pansé, rapiécé. La couleur jaillit comme un cri.
La feuille n'est plus plane, elle devient sculpture qui parfois déborde.
Rien qui figure vraiment.
Des taches noires ou de couleurs vives qui structurent suggèrent des formes organiques.
Des motifs reviennent.
Rengaine.
Sédimentation, mémoire.
Palimpseste
Paysages mentaux
Elucubrations poétiques
Chemin ou paysages...

Marie-Christine Jaladon, glaneuse du presque rien
Bout de tissu, ficelle, papier, photographie, plexiglas
Support d'une bataille colorée
Entre la peinture, la pierre noire, les bâtons de pastel gras ou secs
Le vernis brillant, l'encre, la mine graphite, les crayons de couleur et le papier découpé, collé
La fine gaze translucide peinte mue
Prend corps devient matière, 
Palpable pour protéger, masquer, voiler, emprisonner

Art singulier
Neuve invention qui résonne, jaillit du silence extrait de soi
"l'espace du dedans"
dit l'indicible, l'évanescence des choses

Loin du tumulte du dehors se tisse le refuge de nos questions.